Une ancienne professeure de littérature investit la scène du théâtre comme un salle de classe, et nous « DIT » dans un cynisme délicieux, le calvaire de ses années passées à exercer dans l’éducation nationale. Elle nous amène avec elle dans sa vertigineuse descente aux enfers…
Jusqu’au jour où elle a décidé d’en finir en commettant l’irréparable.

Projet Financé ! SONY DSC

Ce projet a réussi son financement

126% Récolté
  • 5025,00 EUR Récolté
  • 4000,00 EUR Objectif
  • 70 Soutiens

L’Enseigneur

 

 

Par la Compagnie Spirale

 

Une pièce de Jean Pierre Dopagne

 

Mise en scène d’Alexandre Oppecini

 

Avec Rébecca Grammatyka

/homez.722/artsvall/www/wp-content/uploads/2014/03/Capture-d’écran-2012-11-06-à-12.20.00.png

 

Le Projet :

Une ancienne professeure de littérature investit la scène du théâtre comme une salle de classe, et nous « DIT » dans un cynisme délicieux, le calvaire de ses années passées à exercer dans l’éducation nationale. L’indifférence de ses collègues, la défiance du directeur du lycée et la sauvagerie des élèves ont peu à peu détruit ses rêves de devenir…

« Le maître à penser d’adolescents avides d’apprendre ».

Elle nous fait entrer dans son quotidien morose et absurde. Elle nous dit sa honte d’avoir raté sa vie. Elle nous amène avec elle dans sa vertigineuse descente aux enfers… jusqu’au jour où elle a décidé d’en finir en commettant l’irréparable.

« Il y a de quoi se flinguer… Ah ! Si on mettait des armes dans les mains des enseignants »

SONY DSC

Les Porteurs du projet :

Alexandre OPPECINI commence le Théâtre en 2003 en prenant des cours avec divers coach tels que Robert Cordier, Lesley Chatterley, Antoine herbez ou Hélène Zidy-Cheruy. Parallèlement à sa formation de comédien, il se consacre à la mise en scène et l’écriture.

En 2010, pour sa première création, il adapte les nouvelles de Microfictions de Régis Jauffret au théâtre Clavel.

En 2011, Il travaille avec la compagnie Les Arts Osés et met en scène L’Ours et La Demande en Mariage de Tchekov au théâtre L’Aktéon.

En 2012, il fonde la compagnie Spirale en Haute Corse. La première production de la compagnie Roméo et Juliette : La rencontre avec Léopoldine Serre et Robin Causse reçoit le soutien de la ville de Bastia.

La deuxième, L’Enseigneur de Jean-Pierre Dopagne, avec Rébecca Grammatyka, est créée au théâtre San Angelo et est sélectionnée au festival E Teatrale l’année suivante.

En 2014, Alexandre fait ses débuts off-broadway et met en scène In The Ring de Léonore Confino au Theater for the New City à New York.

Prochainement, Alexandre met en scène L’Affaire de la rue de Lourcine de Eugène Labiche avec GDS productions,  et il travaille sur l’écriture d’un autre seul en scène L-M L’histoire d’une femme de pouvoir inspirée de Lady Macbeth. Mais aussi, il se replonge dans l’univers de L’Enseigneur qui a reçu un si bel accueil en Corse qu’il se sent obligé de nous l’amener sur le continent !

_MG_9898 copieRébecca GRAMMATYKA est professeur de français lorsqu’elle tombe dans le théâtre en 2008, où elle débute en tant qu’assistante de direction au sein du festival  En Seine basé à Saint-Cloud et Puteaux. Elle est chargée des relations publiques et doit s’occuper de l’accueil des comédiens au festival, leur bien-être, leurs soucis de logistique, leurs questions… ce qu’elle peut expérimenter de l’intérieur, depuis qu’elle est devenue comédienne…

En effet, un an plus tard, adieu l’éducation nationale : Rébecca commence ses études professionnelles d’art dramatique, en suivant le cours Peyran-Lacroix à Paris. Elle rencontre le metteur en scène Alexandre Oppecini, qui la mettra en scène, dans les pièces Electronic City de Falk Richter et Ring de Léonore Confino au théâtre La Pépinière. Alors qu’elle est toujours en formation, Blandine Métayer remarque son travail et la parraine pour le du festival du rire de Biscarosse où Rébecca termine 2ème du concours final. Parallèlement, elle continue sa collaboration avec Alexandre Oppecini avec le seul en scène L’Enseigneur de Jean-Pierre Dopagne.

Rébecca est une ancienne vraie professeur qui travaillait dans un vrai lycée et qui est devenue une vraie actrice qui joue un ancien professeur imaginaire d’un lycée imaginaire dans un vrai théâtre … et, pour tout compliquer, Rébecca est aussi un vrai professeur de Théâtre qui transmet son imaginaire au vrai élèves dans un vrai lycée…

Vous l’aurez compris : Pour Rébecca faire du Théâtre et Enseigner sont toujours liés. Logique donc de la retrouver dans L’Enseigneur de Jean Pierre Dopagne. La boucle est bouclée.

Note d’intention :

Tout a commencé ainsi : Rébecca Grammatyka, la comédienne, m’a donnée ce texte en disant :

_ Lis ce seul en scène ! Ça va trop te plaire, c’est méchant, drôle et touchant C’est l’histoire d’un prof de Français quinquagénaire qui a tiré sur ses élèves au fusil mitrailleur.  J’ai trop envie de jouer ça.

Sceptique, je lui ai répondu :

_ Mais tu n’es pas un vieux monsieur de 50 balais Rébecca.

_ Lis ! On adaptera !

Vu qu’elle était très décidée ; j’ai préféré lire … Et j’ai été très vite transporté de plaisir par les surprises qu’offre ce personnage insondable. Gamin rêveur ou vieux cynique, enfant obéissant ou parent inquiet, comédien égocentrique ou timide professeur de lettre… Nous ne savons jamais à qui nous avons affaire. Il nous laisse découvrir les différentes facettes de sa personnalité de manière à toujours nous tenir sur nos gardes. Il est impossible de mettre cet individu dans une case !

C’est avec grande joie qu’on se laisse manipuler par ce drôle de prof : de parents de paysans, dès son entrée au lycée, il est inspiré par son premier professeur de lettre qui lui insufflera la passion du théâtre et des grands récits. Il réalise alors son rêve : Devenir professeur de littérature… Mais dès son premier poste, le cauchemar commence.  Malgré sa bonne volonté pour transmettre sa passion des lettres, la machine infernale de l’éducation nationale fait tout pour contrecarrer ses intentions et anéantir ses espoirs. L’indifférence et les moqueries des collègues, la défiance et le cynisme du directeur, le mépris et l’agressivité des élèves, l’entraineront dans une spirale de découragement, de honte, de peur… Et le pousseront à commettre l’irréparable : Le meurtre.

SONY DSC

Très vite la décision fût prise : On adapte ce texte pour Rébecca et on se lance sur le plateau :

Le public doit se sentir dans une salle de classe avec son professeur… Et on sait qu’il a envie de revivre ces années scolaires. On a tous envie de retourner à ses années d’insouciance où on ne payait pas d’impôts, avouez-le !

Sur le plateau donc : un bureau sur une estrade, éclairé par une lumière sépia pour la nostalgie des années d’enfance… une chaise, un tableau noir, un porte-manteau… Et un professeur évidemment ! Rébecca Grammatyka est une comédienne dont la maturité et l’ancrage lui donne une autorité naturelle qui incite à l’écoute. Dès son entrée, elle rappelle aux spectateurs qu’ici c’est elle qui commande et qu’ils n’ont qu’à se tenir à carreaux.

Un lien constant doit s’établir entre elle et le public, comme s’il s’agissait d’un cours. Elle sera un professeur académique et didactique avant tout… Mais nous laisserons s’ouvrir les failles aux moments plus personnels pour la rendre humaine, touchante et drôle, sans jamais tomber dans le pathos. Les grandes forces de ce personnage sont sa dignité et son humour.

Une seule « théâtralité » permise : les autres personnages de l’histoire que la comédienne interprète. Les autres professeurs, élèves, directeurs, agents… seront reconnaissables tout au long de l’histoire grâce à des caractéristiques de voix, de tenue, de démarche… Des personnages à la Dickens qui pourront ponctuellement ramener le spectateur dans le « théâtre ». Ces écarts de jeu, permettront de donner encore une nouvelle dimension à ce personnage haut en couleur.

Les Objectifs
Créer ce spectacle, c’est pour moi porter un message très important : L’éducation doit être une priorité ! Il faut en prendre soin et elle doit permettre aux jeunes d’ouvrir leurs esprits sur le monde. Le peu d’attention et de moyens qui lui sont accordés aujourd’hui la rendent austère, poussiéreuse et inefficace, et plus particulièrement pour ceux qui sont les plus défavorisés. Un enseignant est une sorte de père spirituel, un seigneur, qui peut punir, et faire preuve d’autorité ; mais qui doit aussi offrir savoir, sagesse et protection. Or, aujourd’hui, il n’y a plus aucune confiance dans le système éducatif qui se transforme en machine à casser les élèves, en ne leur offrant aucun espoir d’un avenir meilleur ; mais aussi à broyer les professeurs qui ont de moins en moins de marge de manœuvres et de possibilités d’accomplir leur mission dans des conditions descentes, ne serait-ce que de sécurité. Je désire rendre sa place de seigneur à cet enseignant, en le débarrassant de son statut de fonctionnaire académiquement plan-plan et frustré… En lui donnant sa pleine existence d’homme qui se bat pour ses idéaux : Transmettre aux générations futures la connaissance. Pour cela, Nous voudrions toucher un public plus large et booster la diffusion du spectacle en l’amenant au festival off d’Avignon 2015 dans des conditions professionnelles. Il n’y a qu’à Avignon que nous pourrons faire connaître le spectacle aux programmateurs des salles de spectacle dans la France entière en embauchant un diffuseur et une attachée de presse.

Combien ça coûte :SONY DSC

Faire Avignon avec un spectacle coûte (très) cher.

-       La location d’un théâtre de 50 à 100 places : environ 6000 euros

-       L’hébergement et la nourriture de la comédienne et du régisseur durant le festival : environ 2000 euros

-       La création des décors et des costumes : environ 1500 euros`

-       Le salaire de la comédienne : 1500 euros

-       Droits de mise en scène 500 euros

-       Les droits d’auteur : autour de 1000 euros.

-       Le salaire d’un diffuseur : 2000 euros

-       Le salaire d’une attachée de presse en Avignon : 1500 euros.

Donc on arrive à 16 000 euros ! (ooops…)

Mais la bonne nouvelle c’est que :

-      Nous avons le soutien de la mairie de San Martino-di-Lota et de la mairie de Bastia : 2000 euros.

-    La compagnie Spirale a par chance un compte en banque sur lequel elle a pu économiser environ 7000 euros.

-    L’aide des partenaires de la compagnie (mécénat divers, adhésions…): environ 3000 euros.

Donc on arrive a 12 000  euros… Mais où va t’on prendre les 4 000 qui nous manquent ???

Montant de votre don

  • Pour 5,00 EUR

    Quantité Illimitée

    Reçu fiscal + Nos infinis remerciements sur le programme

  • Pour 10,00 EUR

    Quantité Illimitée

    Reçu fiscal + contrepartie précédente + Remerciements spéciaux sur l’évènement Facebook

  • Pour 20,00 EUR

    Quantité Illimitée

    Reçu fiscal + contreparties précédentes + Remerciements vidéo sur l’événement Facebook

  • Pour 30,00 EUR

    Quantité Illimitée

    Reçu fiscal + contreparties précédentes + Tract dédicacé

  • Pour 50,00 EUR

    Quantité Illimitée

    Reçu fiscal + contreparties précédentes + Affiche dédicacée + un bonnet d’âne signé

  • Pour 100,00 EUR

    Quantité Illimitée

    Reçu fiscal + contreparties précédentes + 2 invitations pour Avignon ou une date près de chez vous

  • Pour 250,00 EUR

    Quantité Illimitée

    Reçu fiscal + contreparties précédentes + DVD du spectacle

  • Pour 500,00 EUR

    Quantité Illimitée

    Reçu fiscal + contreparties précédentes + entretien avec l’équipe artistique

  • Pour 1000,00 EUR

    Quantité Illimitée

    Reçu fiscal + On vient jouer le spectacle dans votre salon !

  • Pour 2500,00 EUR

    Quantité Illimitée

    Alors, là….. Alors là…… ALORS LA !!!!!!!

Faire un Don