Un dimanche à la campagne, au début des années 90, dans une maison où trois des personnages (Hélène, Pierre et Paul) ont vécu une histoire d’amour vingt ans plus tôt… l’esprit communautaire, les années 70.
 Puis ils se sont séparés.

Projet Financé ! trio

Ce projet a réussi son financement

101% Récolté
  • 10080,00 EUR Récolté
  • 10000,00 EUR Objectif
  • 9 Soutiens

Derniers Remords avant l’Oubli

Un long-métrage de Jean-Marc Culiersi adapté de la pièce de Jean-Luc Lagarce, l’un des plus grands dramaturges contemporains français.

Adaptation de Jean-Marc Culiersi et Pierre Larribe

Produit par les Films du Lion

Une comédie sur l’amitié et l’amour, sur les idéaux politiques et la famille.

Notre désir d’adapter Derniers remords avant l’oubli de Jean-Luc Lagarce s’est forgé au fil des relectures de cette pièce magnifique et il s’est concrétisé en découvrant la mise en scène à la fois émouvante et drôle de Serge Lipszyc avec la compagnie du Matamore.

Jean-Luc Lagarce est un auteur populaire c’est à dire qui traite de la vérité relationnelle, de l’humain dans sa simplicité, dans sa fragilité.

Adapter pour le cinéma de Derniers remords avant l’oubli c’est vouloir partager avec le plus grand nombre l’œuvre d’un grand auteur contemporain.

20160814_105958

SYNOPSIS

Un dimanche à la campagne, au début des années 90, dans une maison où trois des personnages (Hélène, Pierre et Paul) ont vécu une histoire d’amour vingt ans plus tôt… l’esprit communautaire, les années 70.
 Puis ils se sont séparés.

Pierre vit toujours en solitaire dans cette maison. Hélène et Paul se sont mariés chacun de leur côté, ailleurs.
 Ce jour-là, ils reviennent avec conjoints embarrassés (Anne et Antoine) et enfant insolent (Lise), pour débattre de la vente de la maison, naguère achetée en commun et qui a pris de la valeur. Ils ont besoin d’argent.

Mais sont-ils seulement venus pour cela ? Il y a dans les placards des cadavres sentimentaux, des secrets, des idéaux perdus et des remords…

 Faire entendre ce texte au cinéma en gardant les dialogues originaux de la pièce est un défi passionnant.

Le langage de Jean-Luc Lagarce n’est pas quotidien mais néanmoins vrai et drôle.

C’est une épreuve pour les acteurs. Il faut domestiquer cette langue, la rendre vivante, charnelle. Le plaisir de jouer Lagarce devient alors sans fin. Un plaisir que l’on veut partager avec le public au cinéma.


Jean-Luc Lagarce (1957-1985)

LAGARCEJean-Luc Lagarce est actuellement l’auteur contemporain le plus joué sur les grandes scènes théâtrales françaises ainsi qu’à l’étranger. Metteur en scène de textes classiques aussi bien que de ses propres pièces, c’est en tant que tel qu’il accède à la reconnaissance de son vivant. Depuis sa disparition, son œuvre littéraire connaît un succès public et critique grandissant. Elle est traduite en vingt-cinq langues. Deux œuvres de Jean-Luc Lagarce, Juste la fin du monde et Dernier remords avant l’oubli, sont inscrites au programme de l’agrégation de lettres modernes, de lettres classiques et de grammaire. Il a été au programme du baccalauréat théâtre en 2008, 2009 et 2010 avec Juste la fin du monde et Nous, les hérosJuste la fin du monde a été adapté au cinéma par Xavier Dolan.

 

Une œuvre exigeante

Le cinéma a su puiser dans les grandes oeuvres théâtrales pour se réinventer. Shakespeare, Tchekhov, Tennessee Williams, quelques exemples parmi les plus grands dramaturges, ont été régulièrement adaptés.

De la scène au cinéma ces œuvres ne perdent pas de leur éclat, de leur force. Leur message reste intact. On les redécouvre par les possibilités qu’offre l’image d’aller chercher ce qui n’appartient pas au théâtre : un visage d’acteur en gros plan, un espace de jeu plus réaliste, une autre esthétique visuelle…

Il y a un élément fondamental commun entre la pièce et son adaptation pour le cinéma : le langage. Car souvent l’enjeu est là : adapter l’œuvre originale sans en dénaturer le fond, la forme et plus particulièrement son langage.

Le langage chez Jean-Luc Lagarce est au centre de son œuvre. Une écriture ciselée au service de thèmes universels.

C’est une langue extraordinairement dense qui ressemble à une partition. La comparaison musicale n’est pas une vue de l’esprit. C’est à un vrai sextette qui nous est proposé, avec parties chorales et morceaux de bravoure pour soliste.

troupe

Esprit de troupe

La distribution sera celle de la pièce qui a été créée à Paris dans la mise en scène de Serge Lipszyc avec la compagnie du Matamore.

Le film sera dans la continuité de ce qui a été créé sur scène par ce groupe d’amis complices qui partagent un amour commun pour des œuvres exigeantes qui parlent de notre monde.

Des comédiens chevronnés, portés par le désir d’explorer autrement le texte de Lagarce. Les nombreuses représentations de la pièce ont créé une fluidité et une harmonie dans leur jeu qui sera un atout pour le film.

Un esprit de troupe c’est s’accorder la possibilité de partager, d’échanger, de chercher ensemble, sans relâche avec respect et humilité. Cet état d’esprit peut et doit exister au cinéma comme il existe au théâtre. Il est une nécessité qui permet de réunir les acteurs, les techniciens, le réalisateur autour de la même volonté de réussir ce projet.

Une aventure collective au service d’une œuvre et d’un nouveau cinéma d’auteur et populaire. C’est à dire un cinéma qui s’efforce d’être l’interprète de son temps, du public contemporain.

Une production indépendante

Nous avons créé Les Films du Lion en 2014. Notre ligne éditoriale est définie par deux objectifs.

helene ,pierre et paulNous avons le désir de développer et produire des projets qui portent sur des sujets forts et audacieux, ouverts sur le monde, sans restriction de genre. Nous souhaitons produire des films à petits budgets. Cela demande une rigueur et une maîtrise absolue du sujet, tout en permettant au réalisateur de travailler sans être trop soumis à la pression économique. Cela donne une dimension artisanale garante de qualité et d’indépendance.

L’adaptation de Derniers remords avant l’oubli en film répond de cette démarche.

Nous voulons tourner le film sur une période courte dans une économie de vrai cinéma indépendant, c’est à dire un cinéma qui prend le risque d’aller jusqu’au bout de son ambition avec une véritable exigence artistique et humaine. De « Shadows » de John Cassavetes à « Donoma » de Djinn Carrenard, les exemples sont nombreux de films à petit budget qui se sont faits sur la nécessité d’exister et d’affirmer un point de vue artistique fort, affranchis des contraintes de l’industrie traditionnelle du cinéma.

La réussite de la collecte sur la plateforme de crowdfunding Ulule est la preuve qu’il existe un public prêt à soutenir la création indépendante.

anne antoineRares et fragiles, les films à micro-budget sont pourtant trop souvent oubliés par les instances, alors que par leur intensité, ils les légitiment. Le cinéma français, pris dans ses problèmes de financement, de concurrence, de box-office, d’augmentation des coûts de production, pousse de plus en plus à faire des “produits”. Courir après le financement et essayer de mieux comprendre les subtilités de la production ont sans nul doute distrait la profession et tout particulièrement les créateurs indépendants de ce qu’ils devaient véritablement entreprendre.

Il faut proposer une économie différente pour ceux qui espèrent des œuvres.

lise escalier

Les acteurs

 La distribution sera celle de la pièce qui a été créée à Paris dans la mise en scène de Serge Lipszyc avec la Compagnie du Matamore. Créée en 1986 par Serge Lipszyc, la troupe du Matamore, c’est plus de 2100 représentations avec près de 50 créations. Avec notamment, Shakespeare, Molière, Guitry, Levin, Tchekhov, Racine, Beaumarchais, Labiche, Corneille… Et Jean-Luc Lagarce, avec Derniers Remords Avant l’Oubli. http://compagniedumatamore.fr

Bruno CADILLON (Paul) Valérie DURIN (Hélène) Serge LIPSZYC (Pierre) Juliane CORRE (Anne) Lionel MUZIN (Antoine) Mathilde COURCOL-ROZÉS (Lise)

Le réalisateur

Jean-Marc Culiersi a suivi les cours d’art dramatique Jean Périmony. Il a joué notamment avec la compagnie du Matamore, le Théâtre du Campagnol et en Italie avec le Teatro delle Briciole et Cà Luogo D’arte. En 1995, il crée le Studio Théâtre de Saint-Denis pour lequel il écrit et met en scène ( Nouvelles LunesYvonne la Madone de la Plaine…). Scénariste depuis 1999, il a travaillé pour plusieurs sociétés de production de Cinéma (Gaumont, Lazennec, Pan-Européenne) et de télévision (Scarlett, Lizland). Il a ainsi participé à l’écriture de projets forts et originaux (Les deux mondes, Les marais criminels, Une vie française, 15 jours ailleurs,…) en collaboration avec des réalisateurs aux univers passionnants. Réalisateur et auteur d’une fiction (Perte de contrôle) et d’un documentaire (Mémoire ouvrière). Il a créé en 2014, avec Erminia Sinapi, sa propre société de production « Les Films du Lion ».

Démo Jean-Marc Culiersi : https://vimeo.com/124236393


L’équipe technique

Nous souhaitons nous entourer d’une équipe de jeunes techniciens. Dans ce type de projet, de démarche c’est le rôle d’un jeune producteur que de s’entourer de la nouvelle génération porteuse d’une vision enthousiaste et moderne.

Tournage 

Nous commençons le tournage en juin 2017, pour finaliser la post-production en Octobre 2017.

Nous allons tourner le film dans une magnifique demeure à Lessay.

maison

Lessay se trouve dans la péninsule du Cotentin dans le Bocage normand. La bourgade est arrosée par l’Ay et est pratiquement située sur la côte de la Manche, au fond de l’estuaire du fleuve côtier formant le havre de Lessay (ou havre de Saint-Germain-sur-Ay). Lessay est à 85 km à vol d’oiseau à l’ouest de Caen.

Nous avons eu la chance de rencontrer Vincent Rollet le directeur de l’Agence immobilière Côte-Ouest Immobilier à Lessay, qui a nous a fait découvrir cette ancienne demeure de la Renaissance. Un partenariat a été ainsi conclu avec les propriétaires de la maison.

Le tournage se fera sur une période de 2 semaines, c’est court pour un long métrage mais c’est cohérent avec l’économie et la philosophie du film. Il faut donc que toute l’équipe soit prête à suivre la même partition avec rigueur et efficacité.

C’est pour cela que les 2 semaines de tournage seront précédées de 15 jours de répétitions intensives avec les 6 comédiens et le réalisateur, suivis de 5 jours de répétitions sur le lieu du tournage avec les comédiens, le réalisateur et l’équipe technique.

Ce pari est possible parce que nous allons travailler avec des comédiens de théâtre capables d’allonger trois pages de texte sans faute. Des comédiens qui connaissent parfaitement le texte qu’ils ont déjà joué. Mine de rien, cela joue beaucoup sur le rythme d’une journée de travail et c’est à ce prix qu’on nous pourrons tenir nos 14 jours de tournage, en limitant le nombre de prises et grâce à une préparation intense.

Le crowdfunding : compléter le budget de production

Pour préserver notre liberté artistique, pour que nos choix de casting soient respectés, que le scénario ne soit pas édulcoré ou formatépour rester le plus indépendant possible, nous avons choisi de faire appel au financement participatif et au mécénat d’entreprise via la plateforme associative Arts Valley, reconnue d’utilité publique.

Des partenaires se sont déjà engagés dans le projet. La collecte sur Ulule nous a permis de récolter 32.750 euros de dons. Les techniciens, les acteurs ont accepté d’adapter leur salaire à l’économie du film. Nous pouvons compter sur l’apport en industrie et les réductions de prix importantes pratiquées par certains fournisseurs de matériels et de caméras, et aussi sur les placements de produit, sans oublier l’entraide.

Mais les fonds ne sont pas encore suffisants pour boucler le budget de production du film (150 000 euros).

PRESSE

Crowdfunding

PREMIÈRE : http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Apres-Juste-la-fin-du-monde-une-nouvelle-adaptation-de-Jean-Luc-Lagarce-au-cinema 

ALLOCINÉ: http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19563071&cfilm=247694.html

MONDOCINÉ: http://mondocine.net/%20/campagne-crowdfundin-derniers-remords-jean-luc-lagarce/#

LE CINÉPHILE ANONYME : http://lecinephileanonyme.com/du-theatre-au-cinema-rencontre-avec-jean-marc-culiersi/

SALLES OBSCURES : http://www.sallesobscures.com/news-20438-soutenez-sur-ulule-derniers-remords-avant-l-oubli- adaptation-de-l-oeuvre-de-jean-luc-lagarce-.html 

TOUTELACULTURE.COM : http://toutelaculture.com/cinema/derniers-remords-avant-loubli-un-film-que-vous-pouvez-financer/

 

Montant de votre don

  • Pour EUR

    Quantité Illimitée

    Don - Reçu fiscal permettant de déduire 66% du Montant du don de l'impôt sur le revenu

Faire un Don