Quand Vigo, jeune adolescent renfrogné, trouve sa mère enfouie sous le sable,la vie semble prendre un autre tournant. C’est comme ça, Claudine ne veut plus bouger, ni parler.
Sur le sable dur de la marée basse, des rencontres étranges viennent interférer entre eux. Devant le surgissement presque absurde de ces inconnus, Vigo ne sait comment réagir.

Projet Financé ! 1 photo une 2

Ce projet a réussi son financement

102% Récolté
  • 3060,00 EUR Récolté
  • 3000,00 EUR Objectif
  • 53 Soutiens

La Nonne des sables

Scénario, réalisation: Marine Levéel

Durée: environ 15 min

HDCAM

 

Descriptif :

Quand Vigo, jeune adolescent renfrogné, trouve sa mère enfouie sous le sable,la vie semble prendre un autre tournant. C’est comme ça, Claudine ne veut plus bouger, ni parler.

Sur le sable dur de la marée basse, des rencontres étranges viennent interférer entre eux. Devant le surgissement presque absurde de ces inconnus, Vigo ne sait comment réagir. Mais la mer monte, et bientôt rapproche les gens dangereusement…

Dans ce huis-clos sur fond d’océan, mêlant drame et burlesque, un jeune homme tente de faire face à cette marée montante d’évènements…

vigo pieds

Note intention :

 

Ce tournant qui s’opère dans la vie de Vigo, c’est celui d’un passage cru de l’enfance à l’âge adulte. Il se retrouve dans la posture où il doit s’occuper de sa mère, où il ne peut plus compter que sur lui même. Un inversement des rôles précoce.

Mais Claudine a choisi d’être ici, et la mer monte toujours plus. Quand Vigo est détourné par un accident, par ce pêcheur qui se noie, il écarte un instant le sort de Claudine. Devant l’urgence de la vie, Vigo doit faire un choix.

 

Claudine n’a pas l’habitude d’agir comme tout le monde, et beaucoup disent qu’elle n’a pas toute sa tête. Vigo est habitué à ses lubies, et s’en occupe plutôt bien. Claudine est fragile même si l’on ne connaît pas le mal qui l’habite. C’est peut être parce que c’est tabou qu’elle ne parle plus. Elle ne peut pas dire sa douleur, et s’enterre. Vigo tente à sa manière de remédier à cela, avec sa nonchalance prétendue d’adolescent.

 

C’est donc de cette relation particulière que traite le film, entre un fils et sa mère. De ce moment charnière dans la vie de Vigo. De cette enfance qui s’échappe brutalement. Et à la fois de cette immense solitude que vit Claudine.

Puis, le monde avec son caractère entropique, vient bousculer tout au même moment.

 

Note de réalisation :

6 plancheUn dispositif simple: un lieu unique: la plage à marée basse, quatre personnages et l’océan. Ce film s’inspire d’une situation théâtrale pour ensuite l’évacuer et suivre la trajectoire de ce jeune homme, Vigo, que la vie vient soudain perturber avec une espièglerie presque cruelle.

Tout le long du film, nous suivons le point de vue de Vigo, avec d’abord une certaine distance pour s’en approcher plus. Au début du film, la distance et le malaise qu’il ressent face à sa mère se fait aussi sentir par une distance physique des personnages dans le cadre. Lorsque les choses s’emballent, que la mer se rapproche, la caméra s’emporte et le suit à l’épaule. Le point de vue se resserre autour du ressenti de Vigo, et de la tension que les évènements font peser sur lui. Nous entrons progressivement en empathie avec le jeune homme. Ce rythme de rapprochement rappelle aussi la progression de la marée: lente au début, et fulgurante sur la fin.

Des tonalités en contrastes

7 lutte ss leauLes rencontres qui viennent perturber Vigo seront teintées d’un degré comique, de la surprise des surgissements des personnages, de leur côté loufoque. Pourquoi ces teintes de burlesque? Parce que la vie est aussi pleine de surprise et de cruauté. Certains sont insensibles au malheur des autres, ou tout simplement n’y prennent pas garde. Comme ce pêcheur venu dans son “coin” de tous les jours, et que viennent déranger un fils et sa mère enterrée. Le monde continue de tourner, de rire et de jouer le jour où tout bascule pour Vigo. La vérité c’est que le monde ne s’arrête pas le jour où l’on voudrait qu’il se fige. L’idée du film est que la beauté se situe dans cet entrelacs de tragédie et de comique et qu’une force dramatique en découle. Tous ces évènements sont comme une paralysie pour Vigo. C’est une manière de resserrer encore l’étau autour de lui.

Dans le prolongement du comique qui s’invite dans le drame, l’image sera douce et solaire, comme une seconde ironie de la vie: le jour où la mère de Vigo disparaît, il fait beau. L’image sera donc colorée, vivante, légèrement contrastée.

 

Le but du financement participatif ?

L’idée de faire appel à un financement participatif correspond à la démarche de vouloir faire des films avec une économie légère, et s’inscrit dans une recherche de production alternative. Claudine a été écrit dans ce but, vouloir faire et réaliser de façon économe. Avoir la liberté de le travailler sans avoir de contraintes lourdes. Il y a des films qui exigent d’importants besoins financiers, au contraire Claudine se défend comme un film qui peut se produire avec une certaine simplicité, mais sans en pâtir.

 

A quoi va servir l’argent?

En contribuant financièrement, vous participez à la réalisation de ce projet. Bien que pensé pour une production économe, ce film nécessite des moyens techniques et logistiques. Nous tournons en Basse-Normandie dans la Manche, environ 6 jours pendant les vacances de la Toussaint et devons réunir l’équipe et les comédiens sur cette plage, les nourrir, et les loger. Il faut également rassembler le matériel technique. Même si nous essayons d’emprunter le plus possible, il y a toujours des dépenses indispensables (locations, achat de disques, essence, frais..). L’argent réuni servira donc à couvrir ces coûts.

 

La « vie » de Claudine :

Une fois le film terminé, nous travaillerons à sa diffusion. C’est une étape clé très importante, sans laquelle faire un film n’a plus trop de sens. Le film sera soumis à de nombreux festivals, mais disposera de droits ouverts afin de s’étendre à d’autres réseaux de diffusion. Nous prendrons bien sûr soin d’organiser des projections dans plusieurs villes.

3 vigo chaud

Le porteur de projet :

Marine Levéel a réalisé plusieurs courts-métrages de fiction:

Feu d’artifice 2014

Siblings or I prefer you reality 2012 New York

Les corps flottants 2011

Elle est diplômée des beaux-arts et de l’ESAV, école de cinéma à Toulouse. Elle a également séjourné à New York, en échange avec la School of Visual Arts. Depuis la fin de ses études elle travaille dans le cinéma, en tant qu’assistante réalisateur, mais aussi en décor. Elle se consacre aussi à l’écriture de scénario. Vous pouvez retrouver ses films ici: https://vimeo.com/marineleveel

Elle aime créer un univers personnel, souvent à deux pas du réel car l’insolite pour elle permet d’envelopper une thématique de façon détournée, de parler du monde à sa manière.

 

L’équipe :

Chef opérateur: Léo Roussel

Assistant Caméra: Teddy Boulangée 

Scripte: Ondine Gomez 

Ingénieur du son: Philippe  Marçais 

Perchman: Kévin Olivier

Assistante Réalisatrice: Pauline Lebellenger

Décoration: Noé Ribo et Lilian Coquillaud 

Catering: Anna Burlet 

Régie: Thomas Levéel 

 

Le casting :

véroVéronique Royer incarnera Claudine. Comédienne de théâtre et de cinéma, elle est formée au cours Florent. Elle n’hésite pas incarner des rôles variés où elle se métamorphose. Elle a été séduite par la complexité du personnage de Claudine, sa profondeur et ses failles. Vous pouvez la retrouver en ce moment dans la série « Ainsi soient-ils » sur Arte. http://www.veroniqueroyer.book.fr/

Paul1Après deux semaines de casting intenses dans la Manche, nous avons rencontré Paul Lerouvillois, « un petit gars du coin ». Vigo sera son premier rôle au cinéma, néanmoins il a suivi des stages d’improvisation théâtrale à Paris. Ses études en animation 3D l’ont familiarisées avec le monde de l’image. C’est son caractère vif et son naturel qui nous ont séduit, exactement la spontanéité que nous recherchions pour incarner  Vigo.

 

Financement
Demande de participation : 3500€, c’est le budget minimum, c’est à dire celui qui rend possible la réalisation du film… (pour 6 jours de Tournage et une équipe de 12 personnes en Basse-Normandie)

Dépenses :

1.000€ = Transports

800€ = Régie

1.000€ = Matériel

700€ = Post-Production

Production :

500€ : Bourse Clichy

Il nous reste à trouver 3000€. Nous demandons auprès d’Arts Valley 3000 € en dons, tout en recherchant des entreprises mécènes pour compléter. En effet, le film repose exclusivement sur le volontariat. Afin de rémunérer tant les artistes que l’équipe technique, nous espérons dépasser ce budget grâce au mécénat.

 

Montant de votre don

  • Pour 10,00 EUR

    Quantité Illimitée

    Lien internet du film, une photo de Claudine, reçu fiscal

  • Pour 30,00 EUR

    Quantité Illimitée

    Un DVD, et contreparties précédentes

  • Pour 50,00 EUR

    Quantité Illimitée

    Votre nom aux générique du film, et contreparties précédentes

  • Pour 100,00 EUR

    Quantité Illimitée

    dérivés Claudine faits maison (dessins, photos, bricoles..), une invitation à la première et contreparties précédentes

  • Pour 200,00 EUR

    Quantité Illimitée

    Un crabe sculpté en bois par la réalisatrice et contreparties précédentes

  • Pour 500,00 EUR

    Quantité Illimitée

    Un crabe sculpté en noyer, et contreparties précédentes

  • Pour 1000,00 EUR

    Quantité Illimitée

    un tour en bateau, votre ensablement personnalisé, un gros crabe sculpté, un dessin original et encadré, une vidéo des fonds marins normands et contreparties précédentes

  • Pour EUR

    Quantité Illimitée

    Mécénat d'entreprise: Faites un don à l'escabeau, 60% est déductible de votre IS et vous bénéficiez de contreparties d'image!

Faire un Don