Les cigales sont des fourmis !

cigale 2Aussi célèbre pour son « Off » que pour son « In », avec plus de 1 000 spectacles, le festival d’Avignon, au pays des cigales, est une immense fête du théâtre. Durant trois semaines, la cité des papes lui ouvre toutes ses portes, cours, jardins, cloîtres et églises, et bien sûr son célèbre Palais.

Mais pour les artistes du Off, Avignon, c’est le parcours du combattant. Face à l’ampleur de la programmation, les spectateurs sont parfois perdus. Le bouche à oreille fait donc son œuvre, et il faut parvenir à se démarquer. Certaines salles très sélectives (dont la Manufacture dans laquelle se jouera « A l’approche du point B » à découvrir ici) sont par ailleurs réputées pour la qualité de leurs choix, et très fréquentées notamment par les professionnels.  Mais même dans ces salles, les compagnies sélectionnées doivent presque toujours payer une avance sur recettes dont le montant est élevé (de 8 000 à 15 000 euros en moyenne). Lorsqu’on y ajoute les frais d’hébergementet les dépenses de communication, la facture est rarement couverte par les tickets d’entrées. Mais alors, nous direz-vous, pourquoi y aller ? Il faut être fou ! Les artistes sont des cigales, c’est bien connu ! Jouer tout l’été c’est bien beau, mais quand l’hiver est venu…

Bien loin des clichés, ces compagnies accomplissent en réalité un travail de fourmi, dont le festival n’est qu’une étape.

Faire vivre une création, c’est un peu comme créer une entreprise : il faut investir, et travailler dur. Avignon est LE lieu où les professionnels viennent faire leur « marché ». Y participer, c’est se donner une chance de « vendre » son spectacle aux directeurs de salles.

Il faut donc  s’en donner les moyens : le travail a commencé deux ans auparavant : périodes d’écriture,  de conception, et de répétitions,  recherche de partenariats et de financements, première série de représentations, travail de communication auprès du public et des professionnels constituent déjà une première et cruciale étape.

À Avignon, il faut exceller aussi bien sur scène que dans le travail de diffusion, qui mobilise les troupes chaque jour en dehors des représentations .

Au retour du festival, il faut encore   exploiter les contacts noués.

C’est le parcours de bien des spectacles, que vous retrouverez ensuite à l’affiche des théâtres et centres culturels de France et de Navarre.

Vous voyez, nos porteurs de projets ont bien plus en commun avec la fourmi qu’avec la cigale.. Et il est fort possible qu’au mois d’août, ils ne profitent de l’accalmie pour imaginer leur prochaine création, et assembler dans la douceur estivale les brindilles d’un prochain château de paille…

Anne Marchionini

Travailleriez vous sans être payé?

Travailleriez vous sans être payé? Probablement non…  A moins que vous ne fassiez parti de ces passionnés qui œuvrent pour la création artistique: auteurs, réalisateurs, metteurs en scène, comédiens et techniciens qui préparent les nouveaux spectacles que vous irez voir.

Très souvent toutes les heures de développement d’un projet, les heures de répétitions, les heures consacrées à la fabrication des décors, la création lumière, le montage, la créa son, toutes ces heures, que vous ne voyez pas lorsque vous être au théâtre ou au cinéma, ne sont pas rémunérées…

Car la « petite entreprise » qu’est une pièce ou un film indépendant ne peut exister que parce que toute cette équipe s’investit sans compter dans son projet. Comme des entrepreneurs qui montent leur société et ne se rémunèrent pas au début, l’équipe investit sur le long terme et espère en tirer la reconnaissance du public et un peu de recettes lorsqu’elle présentera sa création.

Bien sûr, il existe des dispositifs de soutiens. Mais ils sont de plus en plus rares, aléatoires, et interviennent tardivement dans le processus de création.

C’est donc une des vocations de Arts Valley que de permettre aux projets auxquels nous croyons de se faire avec plus de moyen, que ce soit pour les décors, la technique, etc. Et de faire en sorte que tous ces artistes et techniciens touchent une rémunération à minima pour les représentations ou le tournage, et dans le meilleur des cas pour une partie de la préparation.

Lancement de Arts Valley!

La culture est un bien commun. Elle est partie prenante d’une société, elle crée du lien entre les Hommes, entre les cultures, elle est un espace critique plus que jamais nécessaire, elle est un lieu où l’on peut penser et rêver le monde. La culture est à tous et pour tous.

Arts Valley est une idée nouvelle. C’est une association à but non lucratif reconnue d’Intérêt Général qui a pour objectif de réunir tous les acteurs d’une société (artistes, spectateurs, état, entreprises…etc) et de travailler ensemble à la création de ce bien commun qu’est la culture, chacun en fonction des moyens dont il dispose. Ainsi, …

  • vous êtes un artiste : vous pouvez proposer un projet, vous proposer comme partenaire, soutenir les projets déjà sélectionné par Arts Valley et en parler autour de vous.
  • Vous êtes chef d’entreprise, vous pouvez encourager des projets culturels tout en réduisant votre impôt sur les sociétés et valoriser votre image
  • Vous êtes spectateur enthousiaste de théâtre et/ou de cinéma, vous pouvez soutenir des projets, des artistes, ou juste nous encourager

Publié le 31 juillet 2013 De admin01